Lif Rotatif RotoBed

La commune a récupéré son élévateur

Arne Matthiesen, 80 ans. Il vit avec sa femme Gurli. Il est hémiplégique après un caillot de sang (thrombus) en 2007. Il y a six mois qu’on lui a attribué un RotoBed® lit rotatif.

J’ai beaucoup souffert quand les filles devaient me sortir du lit. Lorsqu’elles essayaient de me tourner, j’ai eu une douleur directement dans ma hanche. A cette époque, on a installé un élévateur guidé entre les rails au plafond mais les ceintures de l’élévateur me pinçaient les jambes – Aïe – et puis c’était désagréable et dégradant d’être suspendu dans l’air, pendant que le soignant derrière moi me tirait sur mon derrière, afin de m’installer dans la chaise roulante. Depuis que je possède ce lit rotatif, je n’ai plus de douleurs et nous avons rendu l’élévateur à la commune. C’est un miracle. Tout ce dont j’ai besoin pour sortir de ce lit, est une personne qui actionne la manette afin de déclencher la fonction rotative. Ma femme et moi, nous ne partageons plus la même chambre, mais si je dois me lever la nuit, je l’appelle simplement sur son portable et elle vient pour actionner la manette. Des soignants je n’en ai plus besoin. C’est fantastique.

9 cas inspirants avec le RotoBed® semi-automatique